Le parti pris de cette série est de ne pas tomber dans le spectaculaire, mais de rester dans la marge des « petites choses », ou des « bordilles » , comme aime à les nommer Denis Brihat. Et je pense aussi à Jacques Lacarrière°, qui écrivait « à quoi servirait donc de parcourir le monde si j’ignore tout de la colline qui jouxte ma maison. Enfant je voulais déjà inventorier toutes les fleurs (…) il m’est resté de cette époque un goût microscopique pour le monde, la passion de l’infime, le désir de devenir un jour le géographe des brindilles . »

° « La géographie des brindilles » Jacques Lacarrière - Editions Hozhoni.